Monument aux morts à Vichy

Précision de la localisation : 6 - A priori satisfaisante   >>  Votre avis :              

Photo du Monument Historique Monument aux morts situé à Vichy

Crédit photo : PLAS alexandre - Sous licence Creative Commons

  Street View      Mapillary      Modifier la localisation

Adresse renseignée dans la base Mérimée :
square du Général-Leclerc
03200 Vichy - France

Code Insee de la commune : 03310
Allier [03] - Moulins - Auvergne - Auvergne-Rhône-Alpes

Adresse approximative issue des coordonnées GPS (latitude et longitude) :
Square du General Leclerc 03200 Vichy

Eléments protégés :
Le monument aux morts situé square du Général-Leclerc (non cadastré) : inscription par arrêté du 13 mars 2019

Description :
"Le 24 juillet 1919, le principe d'une souscription publique est annoncé et le square des Nations (actuel square du Général Leclerc) est choisi comme lieu d'implantation du futur monument par délibération du conseil municipal. Le 13 janvier 1920, le maire Louis Lasteyras réunit les sociétés locales et annonce la formation sous sa présidence d'un comité pour faire élever le monument. Le 15 mars 1920, il est confirmé qu'il sera implanté place des Nations. Le 20 mars 1920, une souscription débute. La ville s'inscrit pour 25.000 F en tête de souscription. Un concours est lancé le 5 février 1922. Le vainqueur est Paul Roussel, statuaire à Paris, grand premier Prix de Rome. Très rapidement, il demande des dérogations aux conditions du concours que la ville refuse. Un procès s'ensuit. En 1925, Roussel commence enfin son travail, qui aurait dû être entièrement terminé le 15 août 1923, avec une pénalité de 200 F par jour de retard, qui ne sera jamais versée. Deux concurrents évincés demandent bientôt l'annulation du concours. Le comité conclut un accord avec Roussel qui renonce au projet et la municipalité à ses indemnités de retard. Le 23 juillet 1927, un nouveau sculpteur est désigné : Charles Plas, artiste-sculpteur à Paris, qui est censé finir le travail pour 1928. Il présente une maquette modifiée. Le 22 novembre 1928, les riverains de la place des Nations font une pétition contre l'emplacement prévu du monument. Après diverses tractations, l'emplacement est maintenu. Une première installation est livrée en 1931. En mars 1932 le "Poilu de l'Allier" s'inquiète des dérives financières. Une première maquette du monument est installée en mai 1932 sur le square des Nations. Un an plus tard, le 21 mai 1933, le président Albert Lebrun en visite officielle à Vichy s'incline et dépose une gerbe de fleurs devant le monument qui n'est pas terminé. Un grand rideau le cache en partie, pour soustraire le chantier à la vue des officiels. À partir de cette date, on considère que le monument est officiellement livré au public. La facture paraît exorbitante. Le statuaire aurait reçu 715.000 F alors que le contrat prévoyait 500.000 F et des malfaçons apparaissent. L'inauguration officielle a lieu le 11 novembre 1935, qui donna lieu à quatre défilés séparés, la faute incombant à un climat politique tendu. C'était l'époque des Croix de Feu, de la Cagoule et on était à la veille du Front Populaire. Le monument n'a jamais été complètement terminé car il était prévu d'apposer sur l'arrière un autre bas-relief ou une grande palme de laurier. Le monument a appartenu au comité jusqu'en 1937, avant que la ville n'en récupère la propriété. "

Historique :
Le monument aux morts de Vichy s'élève au milieu du square du général Leclerc, au cœur du quartier thermal, au plus proche des grands hôtels. Il se compose d'un bloc de granit en forme de podium, qui sert de support à deux sculptures en bronze : un bas-relief pyramidal adossé contre la face verticale de la structure de pierre et une statue géante qui couronne le gradin central. Le bas-relief met en scène un assaut réunissant en une immense fresque un large échantillon d'unités et de soldats qui participèrent aux combats. Tous s'élancent sous la protection d'une Victoire aux ailes déployées, qui exhibe une nudité triomphante jaillissant des replis de sa chlamyde. Le regard véhément, elle pousse un cri de guerre et guide les soldats au combat de la pointe de son glaive tendu, dans une attitude qui rappelle celle de la Victoire du Départ des Volontaires de Rude ornant l'Arc de Triomphe. L'allégorie vichyssoise est coiffée d'un bonnet phrygien et les fines lanières de cuirs collées à son buste et à sa taille forment un baudrier et une ceinture destinés à maintenir le fourreau flottant derrière elle. L'assaut qui est conduit sous son égide se lit de droite à gauche. Un joueur de clairon et un transmetteur portant une cage d'où s'échappent des pigeons voyageurs progressent sous la protection d'un char lourd Saint-Chamond, qui propulse sur un monticule sa masse de tôles rivetées mues par des chenilles. Au premier plan, un blessé implore de l'aide, couché à côté d'une caisse éventrée de grenades. Devant lui, un groupe d'hommes avance. Parmi eux, on peut identifier deux servants de mitrailleuse avec leurs caisses de munitions, un représentant des troupes coloniales, nu-tête, portant bottes, sabre, tunique et capote, un aumônier-maître-chien avec son animal, un tireur accroupi derrière une tranchée protégée par des sacs de terre. Au-dessus d'eux, un lancier à cheval fonce sus à l'ennemi, en soutien à un dernier groupe qui avance vers la ligne de feu, fusil Lebel en mains. Leurs uniformes sont variés, identifiables aux coiffures. On distingue des casques Adrian de fantassins, des képis, un casoar de Saint-Cyrien, un béret de chasseur alpin, des casquettes (officier de fusiliers-marins?). Les détails des équipements portés par les soldats ou jonchant le sol sont reproduits avec une grande précision. On reconnaît pelles, brodequins, bandes molletières, capotes Poiret, baïonnettes Rosalie, bidons M1877 à deux becs, paquetages (surnommés Barda). Dans cette fresque épique, le sculpteur a manifestement voulu réunir l'armée dans toutes ses composantes, aussi bien humaines que matérielles, avec l'idée du rassemblement de tous au service de la patrie. La scène est réaliste dans les détails et la composition pleine d'élan. Couronnant le monument, une statue en ronde-bosse montre un soldat juvénile, vêtu à l'antique d'un exomide (tunique grecque courte resserrée à la taille par une ceinture et laissant une épaule découverte). Il tient un glaive de la main droite et appuie l'autre sur un bouclier frappé aux armes de la ville. Il symbolise le guerrier défendant la patrie. Cette statue allégorique a beaucoup déplu aux anciens combattants, qui eussent préféré voir à sa place un poilu.

Périodes de construction :
1ère moitié 20e siècle

Architecte ou maître d'oeuvre :
Plas Charles (sculpteur);Rouard Henri (fondeur);Delmeule Marcel (architecte)

Propriété de la commune

Informations pratiques de visite ou services :

Ouvert ou fermé à la visite, location de salle, chambres d'hôtes ?

Page Wikipedia : Monument aux morts à Vichy (Page à créer)

Fiche Mérimée : PA03000056

Dernière mise à jour de la fiche Monumentum : 2023-01-27

Suggestion d'ouvrages sur ce thème :


Consultez le programme des Journées du Patrimoine pour le Monument Historique Monument aux morts situé à Vichy en consultant le programme officiel des JEP 2023.

Monuments Historiques à proximité :

Vichy - Ancien hôtel des Ambassadeurs
Vichy - Ancien hôtel Ruhl
Vichy - Chalet des Roses
Vichy - Eglise Saint-Blaise et Notre-Dame-des-Malades
Vichy - Maison dite Castel Flamand
Vichy - Maison dite Castel gothique
Vichy - Maison dite Chalet des Suppliques
Vichy - Théâtre et grand Casino
Vichy - Villa Jurietti
Vichy - Villa Vénitienne

Cartes postales anciennes à proximité :

03 Vichy Place Des Quatre Chemins Rue De Paris à Vichy Vichy La vieille Tour à Vichy Vichy Rue du Pont à Vichy Vichy Hotel de la Grande Bretagne à Vichy Vichy Vue d'ensemble du nouvel Etablissement thermal à Vichy Vichy Le Casino vu de cote à Vichy Vichy Pont sur l'Allier à Vichy Vichy Les Malavaux à Vichy