Groupe scolaire - Hôtel de ville - Justice de paix à Hauts de Bienne

Précision de la localisation : 8 - Très satisfaisante   >>  Votre avis :              

Monument Historique Groupe scolaire - Hôtel de ville - Justice de paix situé à Hauts de Bienne

Crédit photo : FrancoisFC - Sous licence Creative Commons

  Street View      Modifier la localisation

Adresse renseignée dans la base Mérimée :
place Jean-Jaurès
39400 Morez - France

Code Insee de la commune : 39368
Jura [39] - Lons le Saunier - Franche Comté - Bourgogne-Franche-Comté

Adresse approximative issue des coordonnées GPS (latitude et longitude) :
5 Quai des Écoles (Morez) 39400 Hauts de Bienne

Eléments protégés :
L'ensemble des façades et toitures du groupe scolaire - hôtel de ville - justice de paix, ainsi que les vestibules, le grand escalier et la salle du conseil municipal de l'hôtel de ville (cad. AE 115) : inscription par arrêté du 25 juillet 2005

Historique :
Un programme pour la reconstruction de l'hôtel de ville et des écoles fut élaboré en 1876. Le nouveau programme comportait un groupe scolaire central avec hôtel de ville, à la place de la halle-mairie existant. Le concours lancé en 1879 fut remporté par l'architecte Tony Ferret et Adrien Pinchard. L'aile Est a été surélevée d'un étage pour l'installation de l'école professionnelle. La cour unifiée a été récemment centrée par un préau hexagonal. L'édifice a conservé, pour l'essentiel, ses dispositions.

Historique détaillé :
Après les projets de halle aux blés et maison commune présentés par les architectes Joseph-Gabriel Blondeau, de Champagnole, en 1808 et Claude-André Attiret, de Lons-le-Saunier, en 1813, le Bisontin Denis-Philibert Lapret rédige le sien en 1817 : trois corps de bâtiment encadrant une cour intérieure forment un U ouvert à l'ouest ; à l'est, la façade donne sur la grande route (actuelle rue de la République). Modifié l'année suivante (suppression provisoire de l'étage) , ce projet est accepté et les travaux sont adjugés le 26 octobre 1818 (ils s'achèveront en 1821). Lors d'une reconnaissance le 19 avril 1820, Lapret constate que les murs du rez-de-chaussée sont lézardés si bien qu'il sera impossible de construire l'étage envisagé. Une extension est donc envisagée pour accueillir mairie, justice de paix et halle aux vins. L'architecte d'arrondissement Claude-Marie Dalloz la situe au nord en 1835 : bâtiment des " petits caveaux " adossé au mur nord de la halle existante et corps de sept travées réservé à l'administration dans le prolongement de celui au long de la grande route. La construction est confiée en 1836 aux entrepreneurs Ponard et Prost. Le corps principal est agrandi par la construction en 1846 d'une remise pour les pompes à incendie (architecte René-Léon-Victor Pourchot, de Lons-le-Saunier) , elle-même surélevée en 1849 (architecte Vital Ponard, de Morez). Le site accueille aussi un bureau des douanes en 1849, une école communale d'" horlogerie en petit " (fabrication des montres) de 1855 à 1861-1862, un bureau télégraphique de 1860 à 1897, deux écoles de filles à partir de 1862, etc. Dans sa séance du 26 juillet 1876, le Conseil municipal élabore un programme pour la reconstruction de ses écoles : il en prévoit une à chaque extrémité de la ville, celles du centre devant être réunies à la mairie dans une nouvelle construction. Un premier projet rédigé le 22 juin 1877 par l'architecte Achille Paillot (de Lons-le-Saunier) demeurant sans suite, la municipalité organise en 1879 un concours public d'architectes, où sont présentés 11 projets. Elle retient en avril 1880 celui de Tony Ferret (architecte départemental de l'Ain en 1884) , établi à Bourg-en-Bresse, et d'Adrien Pinchard, de Mâcon. Une nouvelle version en est donnée le 1er août 1882, pour tenir compte du " Règlement pour la construction et l'ameublement des maisons d'école " du 17 juin 1880. Le programme complet prévoit : mairie, justice de paix, poste de police, conciergerie, logements, école maternelle, écoles primaires de garçons et de filles, dortoirs, musée, gymnase, remise des pompes à incendie, à quoi s'ajoutera une école pratique d'industrie (créée en 1895). Débordant l'emprise des bâtiments existants, qui seront détruits, la nouvelle construction impose de refaire le canal d'amenée de l'usine aval, qu'elle enjambe. L'adjudication des travaux a lieu le 31 octobre 1887, leur réception provisoire 26 août 1891, l'inauguration officielle le 10 août 1890 en présence du ministre des Travaux publics Yves Guyot. Les sculptures (motif aux armes de la ville, 6 chapiteaux et 6 pendentifs) sont réalisées début novembre 1893 par G. Delorme, de Mâcon. Des aménagements sont ensuite apportés à l'école pratique, en expansion depuis l'ouverture d'une section lunetterie en 1904 puis d'une section commerciale en 1907. Après incendie détruisant le 11 mars 1923 une partie du comble de l'aile orientale, un deuxième étage est ajouté à cette aile par l'architecte Thévenaz, de la maison Simon et Couchepin. Devenue Ecole nationale professionnelle en 1925, l'école pratique quitte le site en 1932 lorsqu'un nouveau bâtiment lui est dédié, de même que le musée en 2003. La mairie est inscrite sur l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 25 juillet 2005.

Description :
De plan presque rectangulaire, d'environ 55 m sur 90, le bâtiment s'organise autour d'une cour centrale. Chaque angle forme une faible saillie individualisant un avant-corps coiffé d'un toit à longs pans brisés et croupe brisée. L'entrée principale, sur la place Jean Jaurès au sud, s'inscrit dans un corps central en pierre de taille, à cinq travées, protégé par un toit similaire. L'axe vertical en est marqué par le porte centrale, à l'étage une porte-fenêtre donnant sur le balcon, sur l'entablement les inscriptions Hôtel de Ville et 1889-90, au-dessus un édicule avec horloge d'édifice surmonté d'un fronton cintré portant les armes de la ville, et finalement un campanile. Ce corps accueille l'escalier d'honneur, tournant à deux volées droites, qui conduit à l'ancienne salle des fêtes. Le bâtiment compte sous-sol et étage carré ; le corps méridional et les pavillons d'angle ont un étage en surcroît, celui à l'est (au long de la rue de la République) un deuxième étage carré. Les baies du rez-de-chaussée sont en arc plein-cintre sur la façade principale et les pavillons d'angle, en arc segmentaire ailleurs ; celles de l'étage sont en arc plein-cintre pour le pavillon d'entrée, sinon rectangulaires (comme celles du deuxième étage ou de l'étage en surcroît) ; toutes sont en arc segmentaire sur la cour. Les toitures (à longs pans pour les corps se développant en longueur) sont métalliques, sous forme de tuiles en écaille sur les brisis.

Périodes de construction :
4e quart XIXe siècle

Architecte ou maître d'oeuvre :
Ferret Tony (architecte);Pinchard Adrien (architecte)

Propriété de la commune

Informations pratiques de visite ou services :

Ouvert ou fermé à la visite, location de salle, chambres d'hôtes ?

Autres photographies :



Fiche Mérimée : PA39000064

Dernière mise à jour de la fiche Monumentum : 2024-07-25

Consultez le programme des Journées du Patrimoine pour le Monument Historique Groupe scolaire - Hôtel de ville - Justice de paix situé à Hauts de Bienne en consultant le programme officiel des JEP 2024.

Monuments Historiques à proximité :

Chapelle-des-Bois - Eglise
Fort-du-Plasne - Chalet du Coin d'Aval
Grande-Rivière - Abbaye en Grandvaux
La Chaux-du-Dombief - Ile de la Motte, sur le lac d'Ilay
La Rixouse - Eglise paroissiale Saint-Cyr et Sainte-Julitte
Lamoura - Ferme à La Vie du Lac
Morbier - Eglise paroissiale
Morbier - Maison d'Auguste Gaudard
Morez - Eglise paroissiale
Morez - Viaduc

Cartes postales anciennes à proximité :

Morez - Vue générale à Hauts de Bienne Morbier - Vue d'ensemble à Morbier Morbier Quartier de la Gare à Morbier Jura Morbier Côté Nord à Morbier De Morez a Morbier-Les Viaducs pris de la Roche-au-Dade à Morbier Morbier- Le Viaduc France à Morbier De Morez a Morbier - Les Viaducs du Chemin de Fer à Morbier Morbier - Cote sud à Morbier