La salle du café de l’auberge « À la Couronne Verte » à Barembach

Précision de la localisation : 2 - Très insuffisante   >>  Votre avis :              

  Street View      Modifier la localisation

Adresse renseignée dans la base Mérimée :
Presbytère (rue du) 5
67130 Barembach - France

Code Insee de la commune : 67020
Bas Rhin [67] - Strasbourg - Alsace - Grand Est

Adresse approximative issue des coordonnées GPS (latitude et longitude) :

Eléments protégés :
Situés dans la salle du café de l’auberge « À la Couronne Verte » : le décor peint, les immeubles par nature (le sas d’entrée, la porte donnant sur la sortie, la porte plus étroite donnant sur la cave, les boiseries), les immeubles par destination (un banc et deux tables scellés), sis 5 rue du Presbytère, sur les parcelles n° 274, 275, 324, 325, figurant au cadastre section 1 : inscription par arrêté du 7 juillet 2022

Description :
Le bâtiment actuel de l'auberge est simple. La partie de gauche, avec une porte d'écurie et une autre de grange, correspondait aux dépendances agricoles avant 1940. La grange donnait accès à une salle de bal disparue dans un premier incendie dans les années 1950. Cette porte est aujourd'hui, et depuis 1996, date d'un second incendie, un simple passage donnant sur l'arrière du logis. Un sas d'entrée intérieur de bois et de verre, pour faire office de zone « tampon » et limiter la déperdition de chaleur, a été conservé. Des peintures en trompe-l'œil de faux marbres et faux bois y sont déjà présentes. Des boiseries vernies courent dans le sas et se prolongent jusque dans la salle du café, le long des trois murs Celle-ci, d'une vingtaine de m2, présente un plancher de bois, hormis côté comptoir, couloir et salle arrière attenante. Le mobilier de bois est pour partie d'origine : tables, banc, patère. La salle accueille aujourd'hui un zinc contemporain en bois structurant le comptoir et permettant son éclairage. Il est daté d'après l'incendie de 1996. Celui-ci « délimite » la partie ancienne de cette salle de café, de la partie plus moderne, avec un décor peint par Camille Braun (1878-1943). L'ensemble a été réalisé sur un enduit à l'eau. Ce travail témoigne de prime abord d'une maîtrise du trompe-l'œil : les techniques du faux-marbres, faux bois et ciel sont parfaitement exécutées. Elles reprennent des thèmes chers à l'époque, mais aussi au cœur de la tradition décorative : les saisons. Ainsi, en entrant dans le café, sur le mur gauche, à l'ouest, on note deux séries de couples dans un rectangle, reprenant parfaitement la division du mur en lais. Ils sont encadrés de part et d'autre de paysages dans des tableaux carrés. Ces deux premiers couples représentent l'Hiver puis l'Automne. En face, sur le mur est, se lisent les scènes suivantes, de gauche à droite, et de façon symétrique au mur ouest : deux paysages dans deux cadres carrés encadrant deux autres séries de couples. Ces derniers forment les allégories restantes : l'Eté puis le Printemps. Un ciel surplombe la salle donnant une ouverture naïve et pour le moins singulière à tout l'ensemble. Cependant, subtilement, dans les vêtements notamment des jeunes femmes illustrant les saisons, Camille Braun glisse ici ou là les couleurs de l'attachement politique de sa famille : celui à l'Alsace française.

Historique :
Barembach est mentionné pour la première fois au Xe siècle ; ce village appartient alors à la riche abbaye bénédictine d'Altorf. La paroisse de Barembach est l'église-mère de plusieurs villages de cette partie de la Vallée de la Bruche. Rattaché au département des Vosges en 1795 puis en 1871, au département du Bas-Rhin, Barembach subit quatre ans après un incendie dramatique. Tout le village ou presque sera reconstruit. Pendant la Première Guerre mondiale, un autre événement tragique s'y déroule : les soldats allemands, assoiffés de vengeance suite aux premières exactions françaises, veulent l'anéantissement du village. Ils retiennent les hommes enfermés dans l'église et placent leurs canons tout autour du village. Les habitants font alors le vœu d'élever une statue de la Vierge si elle les délivre du joug ennemi. En 1922, est élevée la Grotte de Lourdes au lieu-dit la Haute-Roche, visible depuis la rue du Presbytère où est située l'auberge « A la Couronne verte. A la Couronne verte », ou le Café Walter, comme il a longtemps été surnommé, du patronyme de ses propriétaires, se confond avec l'histoire des trois conflits : à chaque génération, de 1870 à 1940, les patrons ont dû faire face aux humiliations et brimades de l'occupant allemand. On pourrait aller jusqu'à résumer que cet établissement relève d'un tropisme français. Ce que laissent subtilement montrer les peintures de la salle du café peintes par Camille Braun (1878-1943), frère de la première tenancière, peintre-décorateur dans le civil et soldat-topographe durant la Première Guerre mondiale.

Périodes de construction :
1ère moitié XXe siècle

Architecte ou maître d'oeuvre :
Braun Camille (1878-1943)

Propriété privée

Informations pratiques de visite ou services :

Ouvert ou fermé à la visite, location de salle, chambres d'hôtes ?

Fiche Mérimée : PA67000109

Dernière mise à jour de la fiche Monumentum : 2024-02-18

Consultez le programme des Journées du Patrimoine pour le Monument Historique La salle du café de l’auberge « À la Couronne Verte » situé à Barembach en consultant le programme officiel des JEP 2024.

Cartes postales anciennes à proximité :

Barembach à Barembach Barembach - Vosges à Barembach Grosser Donon und Kohlberg vom Barenbachertal b. Schirmeck à Schirmeck Der Donon b. Schirmeck à Schirmeck Donon Deutsch-Französische Grenze auf der Strasse von Schirmeck à Schirmeck Restaurant Adam-Salm poste Schirmeck à Schirmeck Schirmeck i. Els. à Schirmeck Schirmeck. Kampfe 1914 à Schirmeck