Eglise Sainte-Marie-Madeleine à Vendôme

Précision de la localisation : 10 - Parfaite

Photo du Monument Historique Eglise Sainte-Marie-Madeleine situé à Vendôme

Crédit photo : Chatmouettes - Sous licence Creative Commons

  Voir sur Google Maps et Street View

Adresse renseignée dans la base Mérimée :
Madeleine (place de la) ; Saint-Jacques (rue)
41100 Vendôme - France

Code Insee de la commune : 41269
Loir et Cher [41] - Blois - Centre - Centre-Val de Loire

Adresse approximative issue des coordonnées GPS (latitude et longitude) :
5 Rue Saint-Jacques 41100 Vendôme

Historique :
L'église de la Madeleine a été fondée en 1474, à l'initiative du comte de Vendôme Jean VIII. Simple chapelle succursale, elle fut érigée en église paroissiale en 1487. Après la Trinité, elle fut la seconde paroisse du centre historique de Vendôme. L'édifice présentait à l'origine un plan très simple : la nef couverte d'une charpente lambrissée à entraits sculptés et polychromes, était terminée par une abside à trois pans. Les vestiges de colonnes engagées visibles dans les angles laissent supposer que la voûte à liernes et tiercerons ne fut pas le mode de couvrement initial de l'abside. Un clocher flanquait l'angle nord-ouest. Sa flèche de pierre polygonale, aux arêtes saillantes garnies de crochets, s'élève au-dessus d'une chambre des cloches percée de baies en arc brisé, que surmonte un tambour octogonal, éclairé par des baies à réseau trilobé, flanqué de pinacles et couronné d'une balustrade ajourée de motifs flamboyants. La simplicité de parti fut ensuite abandonnée au profit d'un édifice à collatéraux. En 1523, Jacques Malon, contrôleur du grenier à sel, fit construire une chapelle à l'angle de la nef et du clocher. Au cours du 16e siècle, l'église reçut un bas-côté nord, qui fut ensuite réuni à la chapelle seigneuriale des Malon pour former un collatéral de six travées couvertes de voûtes d'ogives et s'ouvrant largement sur le vaisseau central par des arcades en tiers-point. Les baies retombent sur des piliers demi-cylindriques du côté de la nef, et à moulures prismatiques du côté du collatéral. Une chapelle avait été élevée en 1532, au sud-est de l'abside. En 1680, des chapelles peu profondes et une sacristie furent ajoutées au sud. Le projet de reconstruction de l'église, donné par l'architecte vendômois E. Marganne, ayant été rejeté, dans le dernier quart du 19e siècle, l'église fut agrandie, côté sud, par trois dernières petites chapelles. Une tribune fut construite pour porter l'orgue et une nouvelle sacristie fut accolée à l'abside. Le gothique flamboyant a laissé sa marque dans le réseau du remplage des baies, le décor sculpté des contreforts, la pénétration des ogives dans les supports qui adoptent des formes prismatiques, et surtout à l'abside, dans le réseau de la grande baie d'axe au jeu complexe de courbes et de contre-courbes caractéristiques, et dans la voûte nervurée. Les conceptions nouvelles se lisent aussi dans le volume clair et dégagé que permettent l'emploi des colonnes et le percement des grandes arcades. Cette église de l'âge de la reconstruction, a conservé, malgré les agrandissements dont elle fut l'objet à diverses époques, une certaine qualité architecturale. Elle témoigne de la richesse de l'architecture gothique flamboyante à Vendôme qui, ensuite, s'affirma sans contrainte, grâce au mécénat de la comtesse Marie de Luxembourg, à la tour-clocher de l'église Saint-Martin, à la chapelle Saint-Jacques et à l'exceptionnelle façade de la Trinité. Sans égaler à beaucoup près celle plus ancienne de l'abbatiale, l'élégante tour-clocher de la Madeleine marque le paysage urbain. Pour accompagner le décor peint et sculpté réalisé entre 1878 et 1895, les baies des collatéraux furent garnies de vitraux conçus et fabriqués dans les principaux ateliers de la région, par les maîtres-verriers tourangeaux Lucien-Léopold Lobin et son successeur, Jean-Prosper Florence, Julien Fournier, et Charles Lorin, de Chartres. Cet ensemble de verrières constitue un témoignage intéressant sur l'art du vitrail à la fin du 19e siècle. Il nous éclaire sur la personnalité, les intentions des donateurs, ainsi que sur les circonstances dans lesquelles ces oeuvres ont été commandées. Il restitue le climat esthétique dans lequel baignait l'art religieux à cette époque. Il faut aussi souligner l'intérêt historique du vitrail de la baie d'axe qui réunit des panneaux d'origine posés à la fin du 15e siècle, et des vitraux provenant de la chapelle de Jacques Malon.

Eléments protégés :
Eglise (cad. AP 397) : inscription par arrêté du 24 janvier 2000

Périodes de construction :
2e moitié 15e siècle;16e siècle

Architecte ou maître d'oeuvre :
Lobin Lucien-Léopold (peintre-verrier) ; Florence Jean-Prosper (peintre-verrier) ; Fournier Julien (peintre-verrier) ; Lorin Charles (peintre-verrier)

Propriété de la commune

Autres photographies :


Page Wikipedia : Eglise Sainte-Marie-Madeleine à Vendôme (Page à créer)

Fiche Mérimée : PA41000022

Mobilier classé Monument Historique conservé dans l'édifice :

Cloche
Verrière : Jacques Malon, sa femme et leurs enfants présentés à la Vierge par leurs saints patrons
Calice, patène : la Résurrection
Chaire à prêcher (rampe d'escalier)
Clôture de choeur (table de communion)
Calice
Calice et patène
Chaire à prêcher
Statue : Christ en croix
Confessionnal
Chandelier pascal (pied de cierge pascal)


Dernière mise à jour de la fiche Monumentum : 2019-09-08

Suggestion d'ouvrages sur ce thème :


Consultez le programme des Journées du Patrimoine pour le Monument Historique Eglise Sainte-Marie-Madeleine situé à Vendôme en consultant le programme officiel des JEP 2019.

Autres pages que vous pourriez apprécier :

Monuments Historiques situés à proximité :

Vendôme - Ancien lycée Ronsard
Vendôme - Ancienne chapelle Saint-Pierre-de-la-Motte
Vendôme - Immeuble
Vendôme - Immeuble
Vendôme - Immeuble
Vendôme - Maison dite Hôtel de la Chambre des Comptes
Vendôme - Maison du 15e siècle dite Maison Saint-Martin
Vendôme - Monastère des Bénédictines du Calvaire
Vendôme - Monument à Rochambeau
Vendôme - Tour Saint-Martin